Portraits d'identité (1955-1965)

Virxilio Vieitez a multiplié les photographies d’identité à partir de 1962 lorsque la carte d’identité est devenue obligatoire en Espagne.

Japon, 1963

Christer Strömholm s’est rendu au Japon pour photographier, dans une expression sobre et clairsemée, les visages des victimes de la catastrophe Hiroshima.

Amerique, 1963

Dans sa traversée du monde, Christer Strömholm parcours certaines grandes villes des Etats-Unis entre 1962 et 1963.

Enfants, 1963

Les images d'enfants de Christer Strömholm, tellement éloignées du charme et de l'anecdote qui ont fait le succès du « romantisme à la française » sont tout à la fois généreuses et respectueuses et d'une infinie tristesse.

Portraits d’artistes, 1962

Strömholm est très intéresser par l’histoire de l’art et très proche des artistes qui lui sont contemporains. Il en fait de nombreux portraits et découvre qu’il possède un talent particulier pour « traverser la carapace des artistes ».

Cirque ambulant, 1959

Virxilio Vieitez faisait poser des modèles en extérieur parce qu’il trouvait le studio ennuyeux...

Espagne, 1959

Série | À la fin des années 1650, Christer Strömholm effectue de nombreux voyages en Espagne, notamment Palma de Mallorque, Barcelone ou encore Madrid où il est guide pour les premières grandes vagues touristiques.

Les amis de la Place Blanche , 1954

Série | Ceci est un livre sur l’insécurité. Une description de gens vivant une existence à part, dans la grande ville de Paris ; de gens qui ont connu l’enfer de la rue.

Les Terre Neuvas, 1952

Série | Les photographies d'Anita Conti seule femme à avoir accompagné les légendaires terre-neuvas en 1939 puis en 1952 raconte l'histoire de cette grande pêche totalement disparue aujourd'hui.

Fotoform, 1952

Série | Entre 1950 et 1953, Strömholm rejoint le groupe Fotoform, conduit par l’Allemand Otto Steinert, et sous le pseudonyme de Christer Christian, il participe aux expositions de la Subjective Fotografie »