Munem
Wasif

Munem Wasif

biographie


Munem Wasif est né au Bangladesh en 1983. Il est diplômé de Pathshala en photographie.

Le travail de Munem Wasif explore des questions sociales et politiques complexes avec un langage humaniste, en se rapprochant des gens, physiquement et psychologiquement, en traitant de multiples questions et contradictions. Expressionniste dans son style et dans sa méthode à long terme, Wasif expérimente souvent au-delà de la tradition, teste les possibilités de la fiction, en empruntant un langage documentaire familier. Il s’intéresse souvent au concept de « documents » et d’ « archives » et à leur influence sur le traitement de questions politiquement et géographiquement complexes.

Il a exposé dans le monde entier, notamment au Centre Pompidou, au Palais de Tokyo et à Visa pour l’image en France, à la Whitechapel Gallery, au Kettle’s Yard et au Victoria & Albert Museum en Angleterre, au Museu d’Art Contemporani de Barcelone en Espagne, au Musée de l’Élysée, au Musée d’Art et d’Histoire et au Fotomuseam Winterthur en Suisse, Musée Kunsthal & festival Noordelicht aux Pays-Bas, Musée d’art moderne en Pologne, Parasite à Hong Kong, The Factory Contemporary Arts Centre au Vietnam, Biennale de Gwangju en Corée, Biennale de Singapour, Sharjah Bienalle aux EAU, Triennale d’art contemporain Asie-Pacifique en Australie, et Dhaka Art summit & Chobi Mela au Bangladesh.

Ses photographies ont été publiées dans Le Monde, Sunday Times Magazine, Géo, Guardian, Politiken, Mare, Du, Days Japan, L’espresso, Libération, Wall Street Journal et bien d’autres.

Munem Wasif est également boursier au Wissenschaftskolleg zu Berlin, en Allemagne, de 2020 à 2021. Son dernier livre sur le vieux Dhaka a été publié par les Éditions Clémentine de la Féronnière.

Il est représenté par l’Agence Vu à Paris et Project 88 à Mumbai.

Séries


Spring Song, 2019

Munem Wasif explore constamment l'idée de frontière et réexamine les questions qui entourent sa création. Comment ces frontières se sont-elles construites ? Qui les construit ? Comment sont-elles brisées et reformées ?

Seeds Shall set us Free, 2017

Munem Wasif cherche à réimaginer un mode d'agriculture indigène "écosophique", où le grain est une espèce compagne de l'humanité, ayant des noms, des divinités et des esprits, autour de laquelle le village s'organise.

Machine Matter, 2017

Dans Machine Matter, Munem Wasif se penche sur la mort de l'industrie du jute au Bangladesh et la destruction des moyens de subsistance que la "fibre dorée" soutenait autrefois.

Land of the undefined territory, 2012

Munem Wasif a photographié la frontière entre l’Inde et la Bangladesh, territoire flou, avec méthode et systématisme comme s’il menait une enquête, une étude topographique et géologique ou simplement s’il suivait une approche esthétique.

Salt Water Tears, 2008

Des vagues ondulantes, des lits de rivières asséchés et des champs sans fin. De l'eau partout, mais pas une goutte à boire. Une famille a besoin d'environ six pichets d'eau par jour, et elle doit marcher sept kilomètres pour l'obtenir.

Les réfugiés climatiques, 2007

Ces dix dernières années, des fermiers comme Hatem Ali ont dû démonter et déplacer leur maison de tôle et de bambou au moins cinq fois pour échapper aux eaux envahissantes de l’énorme rivière Brahmaputra au Kurigram.

Belonging, 2006

« Puran Dhaka, ou le « Vieux Dacca », était pour moi un sujet plutôt improbable du fait que j’y vive depuis de nombreuses années. Il s’agissait d’essayer de retrouver un sentiment d’inédit dans la routine de ma vie quotidienne.

Spring Song, 2019

Munem Wasif explore constamment l'idée de frontière et réexamine les questions qui entourent sa création. Comment ces frontières se sont-elles construites ? Qui les construit ? Comment sont-elles brisées et reformées ?

Seeds Shall set us Free, 2017

Munem Wasif cherche à réimaginer un mode d'agriculture indigène "écosophique", où le grain est une espèce compagne de l'humanité, ayant des noms, des divinités et des esprits, autour de laquelle le village s'organise.

Machine Matter, 2017

Dans Machine Matter, Munem Wasif se penche sur la mort de l'industrie du jute au Bangladesh et la destruction des moyens de subsistance que la "fibre dorée" soutenait autrefois.

Land of the undefined territory, 2012

Munem Wasif a photographié la frontière entre l’Inde et la Bangladesh, territoire flou, avec méthode et systématisme comme s’il menait une enquête, une étude topographique et géologique ou simplement s’il suivait une approche esthétique.

Salt Water Tears, 2008

Des vagues ondulantes, des lits de rivières asséchés et des champs sans fin. De l'eau partout, mais pas une goutte à boire. Une famille a besoin d'environ six pichets d'eau par jour, et elle doit marcher sept kilomètres pour l'obtenir.

Les réfugiés climatiques, 2007

Ces dix dernières années, des fermiers comme Hatem Ali ont dû démonter et déplacer leur maison de tôle et de bambou au moins cinq fois pour échapper aux eaux envahissantes de l’énorme rivière Brahmaputra au Kurigram.

Belonging, 2006

« Puran Dhaka, ou le « Vieux Dacca », était pour moi un sujet plutôt improbable du fait que j’y vive depuis de nombreuses années. Il s’agissait d’essayer de retrouver un sentiment d’inédit dans la routine de ma vie quotidienne.

Spring Song, 2019

Munem Wasif explore constamment l'idée de frontière et réexamine les questions qui entourent sa création. Comment ces frontières se sont-elles construites ? Qui les construit ? Comment sont-elles brisées et reformées ?

Seeds Shall set us Free, 2017

Munem Wasif cherche à réimaginer un mode d'agriculture indigène "écosophique", où le grain est une espèce compagne de l'humanité, ayant des noms, des divinités et des esprits, autour de laquelle le village s'organise.

Machine Matter, 2017

Dans Machine Matter, Munem Wasif se penche sur la mort de l'industrie du jute au Bangladesh et la destruction des moyens de subsistance que la "fibre dorée" soutenait autrefois.

Land of the undefined territory, 2012

Munem Wasif a photographié la frontière entre l’Inde et la Bangladesh, territoire flou, avec méthode et systématisme comme s’il menait une enquête, une étude topographique et géologique ou simplement s’il suivait une approche esthétique.

Salt Water Tears, 2008

Des vagues ondulantes, des lits de rivières asséchés et des champs sans fin. De l'eau partout, mais pas une goutte à boire. Une famille a besoin d'environ six pichets d'eau par jour, et elle doit marcher sept kilomètres pour l'obtenir.

Les réfugiés climatiques, 2007

Ces dix dernières années, des fermiers comme Hatem Ali ont dû démonter et déplacer leur maison de tôle et de bambou au moins cinq fois pour échapper aux eaux envahissantes de l’énorme rivière Brahmaputra au Kurigram.

Belonging, 2006

« Puran Dhaka, ou le « Vieux Dacca », était pour moi un sujet plutôt improbable du fait que j’y vive depuis de nombreuses années. Il s’agissait d’essayer de retrouver un sentiment d’inédit dans la routine de ma vie quotidienne.

Multimédias


Machine Matter, 2017

Multimedia | Dans Machine Matter, Munem Wasif se penche sur la mort de l'industrie du jute au Bangladesh et la destruction des moyens de subsistance que la "fibre dorée" soutenait autrefois.

Kheyal, 2015

Multimedia | Kheyal de Munem Wasif suit quatre personnages à travers les rues du vieux Dhaka au Bangladesh. Le titre est dérivé du mot arabe "Khyal" ou "Khayal", qui signifie fiction ou imagination, et le film capture les environnements énigmatiques et les identités uniques qui habitent la ville historique.

Machine Matter, 2017

Multimedia | Dans Machine Matter, Munem Wasif se penche sur la mort de l'industrie du jute au Bangladesh et la destruction des moyens de subsistance que la "fibre dorée" soutenait autrefois.

Kheyal, 2015

Multimedia | Kheyal de Munem Wasif suit quatre personnages à travers les rues du vieux Dhaka au Bangladesh. Le titre est dérivé du mot arabe "Khyal" ou "Khayal", qui signifie fiction ou imagination, et le film capture les environnements énigmatiques et les identités uniques qui habitent la ville historique.

Machine Matter, 2017

Multimedia | Dans Machine Matter, Munem Wasif se penche sur la mort de l'industrie du jute au Bangladesh et la destruction des moyens de subsistance que la "fibre dorée" soutenait autrefois.

Kheyal, 2015

Multimedia | Kheyal de Munem Wasif suit quatre personnages à travers les rues du vieux Dhaka au Bangladesh. Le titre est dérivé du mot arabe "Khyal" ou "Khayal", qui signifie fiction ou imagination, et le film capture les environnements énigmatiques et les identités uniques qui habitent la ville historique.

Interviews


Artist Stories : Munem Wasif
APT 9

2019

Munem Wasif parle de son film Kheyal (2015-18) où il suit quatre personnages à travers les rues du vieux Dhaka au Bangladesh. Le titre est dérivé du mot arabe « Khyal » ou « Khayal », qui signifie fiction ou imagination. Le film montre les environnements énigmatiques et les identités uniques qui habitent la ville historique.

Wasif décrit son film comme une œuvre de « réalisme magique » car il oscille entre récits réels et imaginaires, naviguant entre le conscient et le subconscient, et révèle le rythme de vie très différent qui habite la vieille ville.

 

Prix Pictet, Space : Munem Wasif
Prix Pictet

2017

Munem Wasif est lauréat du Prix Pictet, 2017  pour sa série « Space », et a été interviewé au Victoria & Albert Museum de Londres lors de l’exposition des finalistes le 4 mai 2017.

La terre de territoire inconnu
CoBo Dhaka Art Summit

2016

Munem Wasif parle de son exposition « Land of the undefined territory » à la Dhaka Art Summit et Samdani Art Fondation en 2016. Ce travail interroge l’identité d’une terre qui est liée à un contexte politique et géographique spécifique, mais qui pourrait aussi être n’importe où. L’approche sereine et systématique de Wasif dans cette série imite celle d’une enquête, d’une étude topographique, d’un relevé géologique ou d’une simple question esthétique.

Encore !
France 24

2015

Le photographe Munem Wasif a été invité dans le studio d’Encore! pour parler d’une nouvelle exposition qui vise à montrer la complexité de la foi dans son pays natal, le Bangladesh. Du hijab de sa sœur à l’histoire diverse du pays, Wasif tente de nuancer un sujet qui – contrairement à ses photos – n’est pas seulement en noir et blanc.

Nuit noire, empreinte climatique
Action contre la faim et l’Agence VU’

2015

À l’occasion de la Nuit Blanche 2015, Action contre la faim et l’Agence VU créent le parcours Nuit Noire – Empreinte Climatique. Basée sur le travail du photographe Wasif Munem, l’exposition met la lumière sur la menace climatique au Bangladesh, où intervient l’association. Dans cette interview, Wasif Munem explique l’impact du changement climatique sur les populations qu’ils photographient en s’appuyant sur sa série A Tale of Paradise Lost :  « À chaque mousson on craint qu’une tornade ou un cyclone ne détruisent les digues (…) certains ont perdu leur maison une douzaine de fois. »

L’histoire de la vieille ville
TEDx Talks

2015

Munem Wasif prend des photos de la vieille ville de Dhaka depuis plus d’une décennie. De son amour profond pour l’endroit, de son sentiment d’appartenance, Wasif nous livre des photos à couper le souffle et plusieurs histoires intimes de la communauté.

Munem Wasif, Prix Pictet
Prix Pictet

2010

Interview menée à l’occasion du Prix Pictet 2008 au Musée de l’Élysée de Lausanne, pour documenter les luttes des habitants du Bangladesh qui ont perdu pratiquement toutes leurs ressources naturelles et leur mode de vie à cause de l’élevage de crevettes le long du littoral.

Standin on the Edge
Canon CPN

2009

Le photographe de l’Agence VU, Munem Wasif raconte l’histoire qui se cache derrière ses inoubliables images en noir et blanc de réfugiés au Bangladesh. Il parle ici de sa carrière et révèle comment les questions qui lui tiennent à cœur l’ont aidé à documenter les principaux problèmes des réfugiés dans son pays natal.

Expositions


Seeds Shall Set Us Free II

Centre Pompidou, Paris (FRANCE)

Du 23 octobre au 23 décembre 2019

Salt Water Tears

Festival de Chobi Mela VI, 2011, (BANGLADESH)

Du 21 janvier au 2 mars 2011

En Dieu Nous Croyons

Visa pour l’Image, Perpignan (FRANCE)

Du 28 août au 12 septembre 2010

Livres


Belonging

Éditions Clémentine de la Feronnière - 2013

Larmes salées

Images plurielles - 2011

Bangladesh, Standing on the edge

Éditions C.D.P – Collection Visa pour l’Image - 2008

Belonging

Éditions Clémentine de la Feronnière - 2013

Larmes salées

Images plurielles - 2011

Bangladesh, Standing on the edge

Éditions C.D.P – Collection Visa pour l’Image - 2008

Belonging

Éditions Clémentine de la Feronnière - 2013

Larmes salées

Images plurielles - 2011

Bangladesh, Standing on the edge

Éditions C.D.P – Collection Visa pour l’Image - 2008

Prix


le F25 International Award For Concerned Photography de la Fabrica

Pour sa Série « Belonging – Old Dhaka »

2010

Commande du Prix Pictet

Pour sa série « Salt Water Tears »

2009

Prix de la Ville de Perpignan Rémi Ochlik

Pour sa série « Bangladesh, sur le fil »

2008

le F25 International Award For Concerned Photography de la Fabrica

Pour sa Série « Belonging – Old Dhaka »

2008

Lauréat de la Masterclass du Joop Swart

2007