Guillaume
Zuili

Guillaume Zuili

biographie


Photographe franco-américain, représenté par l’Agence VU’ depuis 1992 et par la galerie Clémentine de la Féronnière depuis 2016, vit et travaille principalement à Los-Angeles (Californie, USA).

À 21 ans Guillaume Zuili effectue son premier voyage en Inde. Fasciné par les anciens comptoirs français, il débute un travail photographique en noir et blanc pour en restituer l’émotion et l’atmosphère nostalgique. De ce projet au long cours (1986-1995) naissent deux ouvrages – « Les Anciens comptoirs français de l’Inde », Edition C&D, 1992 ; « Pondichery», Éditions du Chêne, 2003 – et s’affirme une certaine vision de la photographie : celle qui évoque, qui transmet des sensations, des moments, des tonalités. À partir de 1996, Guillaume Zuili installe son univers résolument urbain. Il parcourt, interroge, explore aussi bien les capitales que sont Paris, Berlin, Moscou, Prague ou Lisbonne, que les techniques photographiques qui permettent d’en révéler les atmosphères. Travaillant à la chambre, réalisant des surimpressions au moment de la prise de vue, il propose « une vision subjective qui impose la cité dans la temporalité, dans une histoire, dans des contradictions qui deviennent visibles uniquement parce que les éléments ont été rapprochés par la photographie » (Christian Caujolle).

Dans les années 2000, il fait de Los Angeles le territoire de ses explorations urbaines et esthétiques. Questionnant les notions d’empreinte et de signe, interrogeant la nature même du médium photographique, mêlant les techniques et portant une attention particulière aux tirages, il révèle entre plein soleil et néons nocturnes, entre représentation des icônes et abstraction du grain, les impressions et les atours d’une Amérique fantasmée qui n’existe déjà plus. En 2017 il publie Smoke & Mirrors (Éditions Clémentine de la Féronnière) qui propose « un écho sublimé de l’espace que nous expérimentons et traversons au quotidien. (…) Le tout servi par de la matière, des matières, des sensualités couchées et inscrites dans la gélatine, la feuille, les couches successives travaillées par la lumière. » (Christian Caujolle).

Lauréat du Prix de la photo Camera Clara 2017, ses photographies figurent au sein de nombreuses collections parmi lesquelles celles de Marin Karmitz (MK2) et de la Bibliothèque Nationale de France.

Séries


Memory Lane, 2020

Dans cette série, Guillaume Zuili s'attaque à un nouveau territoire urbain, celui de Corbeil-Essonnes. À l'invitation du festival « L'Œil urbain », qui rassemble à chaque printemps les grands noms de la photographie contemporaine, il s'installe en résidence pour l'année 2019.

Il était une fois dans le Perche, 2019

Sur invitation de Christine Ollier, Guillaume Zuili est venu dans le Perche, en Normandie, pour participer à la résidence du Champ des Impossibles.

Urban Jungle, 2018

Je vis à Los Angeles depuis 2002. Une mégapole que je photographie tous les jours et qui ne cesse de m’étonner. Ce n’est pas une entité mais plusieurs villes collées bout à bout, au fur et à mesure de son expansion horizontale.

Harbor City, Los Angeles, 2016

Guillaume Zuili continue son travail sur les traces du mythe américain qu’il immortalise inlassablement depuis plus de quinze ans dans les quartiers de Los Angeles : Harbor City, Wilmington ou San Pedro.

Parc national de Joshua Tree, 2016

Le Parc national de Joshua Tree est situé dans le sud-est de la Californie. Il abrite deux écosystèmes de désert distincts : le désert du Colorado, et le désert des Mojave. 

Les rues de Paris, 2015

À la redécouverte de sa ville natale, Guillaume Zuili nous livre ici un regard poétique sur le tumulte de Paris. Une poésie qui, si elle renvoie au spleen baudelairien, emprunte aussi au charme suranné des romans et des films noirs.

L.A Cruising, 2014

La conduite sans fin est l'une des particularités de Los Angeles ». Reine de cette mégalopole où tout est fait en fonction d'elle, la voiture peut même être l'outil parfait pour explorer l'urbain.

Le constructivisme à Ekaterinbourg, 2013

En septembre 2013, le G20  s'est réuni dans la ville de Saint-Pétersbourg. À cette occasion, l'agence d'information nationale Russe RIA NOVOSTI a mandaté vingt photographes de renommée internationale (chacun issu d'un des pays du G20) pour réaliser un reportage sur la Russie.

Smoke & Mirrors, 2011

Série | Pour imposer ces sentiments complexes qui combinent contemplation et décryptage, compréhension et rêverie, Guillaume Zuili recourt à ce qu’il y a de plus photographique dans la pratique des images : le tirage.

Scrapmetal, 2010

Série | À 10 kilomètres de la première bourgade, au bout d’une piste de terre, une casse à ciel ouvert est le dernier lieu de résidence pour les fleurons passés de l’industrie automobile américaine qui ne sont déjà plus que des amas de métal.

Bakersfield Oil County, 2008

Série | Situé à 2 heures au nord de Los Angeles, entre désert de Mojave et Sequoia Park. Bakersfield, champion de l’agriculture mais surtout de ses champs de pétrole.

La ville surexposée, 2006

Série | À travers la série « La ville surexposée », Guillaume Zuili questionne la complexité des villes à travers leur histoire, leur architecture.

Memory Lane, 2020

Dans cette série, Guillaume Zuili s'attaque à un nouveau territoire urbain, celui de Corbeil-Essonnes. À l'invitation du festival « L'Œil urbain », qui rassemble à chaque printemps les grands noms de la photographie contemporaine, il s'installe en résidence pour l'année 2019.

Il était une fois dans le Perche, 2019

Sur invitation de Christine Ollier, Guillaume Zuili est venu dans le Perche, en Normandie, pour participer à la résidence du Champ des Impossibles.

Urban Jungle, 2018

Je vis à Los Angeles depuis 2002. Une mégapole que je photographie tous les jours et qui ne cesse de m’étonner. Ce n’est pas une entité mais plusieurs villes collées bout à bout, au fur et à mesure de son expansion horizontale.

Harbor City, Los Angeles, 2016

Guillaume Zuili continue son travail sur les traces du mythe américain qu’il immortalise inlassablement depuis plus de quinze ans dans les quartiers de Los Angeles : Harbor City, Wilmington ou San Pedro.

Parc national de Joshua Tree, 2016

Le Parc national de Joshua Tree est situé dans le sud-est de la Californie. Il abrite deux écosystèmes de désert distincts : le désert du Colorado, et le désert des Mojave. 

Les rues de Paris, 2015

À la redécouverte de sa ville natale, Guillaume Zuili nous livre ici un regard poétique sur le tumulte de Paris. Une poésie qui, si elle renvoie au spleen baudelairien, emprunte aussi au charme suranné des romans et des films noirs.

L.A Cruising, 2014

La conduite sans fin est l'une des particularités de Los Angeles ». Reine de cette mégalopole où tout est fait en fonction d'elle, la voiture peut même être l'outil parfait pour explorer l'urbain.

Le constructivisme à Ekaterinbourg, 2013

En septembre 2013, le G20  s'est réuni dans la ville de Saint-Pétersbourg. À cette occasion, l'agence d'information nationale Russe RIA NOVOSTI a mandaté vingt photographes de renommée internationale (chacun issu d'un des pays du G20) pour réaliser un reportage sur la Russie.

Smoke & Mirrors, 2011

Série | Pour imposer ces sentiments complexes qui combinent contemplation et décryptage, compréhension et rêverie, Guillaume Zuili recourt à ce qu’il y a de plus photographique dans la pratique des images : le tirage.

Scrapmetal, 2010

Série | À 10 kilomètres de la première bourgade, au bout d’une piste de terre, une casse à ciel ouvert est le dernier lieu de résidence pour les fleurons passés de l’industrie automobile américaine qui ne sont déjà plus que des amas de métal.

Bakersfield Oil County, 2008

Série | Situé à 2 heures au nord de Los Angeles, entre désert de Mojave et Sequoia Park. Bakersfield, champion de l’agriculture mais surtout de ses champs de pétrole.

La ville surexposée, 2006

Série | À travers la série « La ville surexposée », Guillaume Zuili questionne la complexité des villes à travers leur histoire, leur architecture.

Memory Lane, 2020

Dans cette série, Guillaume Zuili s'attaque à un nouveau territoire urbain, celui de Corbeil-Essonnes. À l'invitation du festival « L'Œil urbain », qui rassemble à chaque printemps les grands noms de la photographie contemporaine, il s'installe en résidence pour l'année 2019.

Il était une fois dans le Perche, 2019

Sur invitation de Christine Ollier, Guillaume Zuili est venu dans le Perche, en Normandie, pour participer à la résidence du Champ des Impossibles.

Urban Jungle, 2018

Je vis à Los Angeles depuis 2002. Une mégapole que je photographie tous les jours et qui ne cesse de m’étonner. Ce n’est pas une entité mais plusieurs villes collées bout à bout, au fur et à mesure de son expansion horizontale.

Harbor City, Los Angeles, 2016

Guillaume Zuili continue son travail sur les traces du mythe américain qu’il immortalise inlassablement depuis plus de quinze ans dans les quartiers de Los Angeles : Harbor City, Wilmington ou San Pedro.

Parc national de Joshua Tree, 2016

Le Parc national de Joshua Tree est situé dans le sud-est de la Californie. Il abrite deux écosystèmes de désert distincts : le désert du Colorado, et le désert des Mojave. 

Les rues de Paris, 2015

À la redécouverte de sa ville natale, Guillaume Zuili nous livre ici un regard poétique sur le tumulte de Paris. Une poésie qui, si elle renvoie au spleen baudelairien, emprunte aussi au charme suranné des romans et des films noirs.

L.A Cruising, 2014

La conduite sans fin est l'une des particularités de Los Angeles ». Reine de cette mégalopole où tout est fait en fonction d'elle, la voiture peut même être l'outil parfait pour explorer l'urbain.

Le constructivisme à Ekaterinbourg, 2013

En septembre 2013, le G20  s'est réuni dans la ville de Saint-Pétersbourg. À cette occasion, l'agence d'information nationale Russe RIA NOVOSTI a mandaté vingt photographes de renommée internationale (chacun issu d'un des pays du G20) pour réaliser un reportage sur la Russie.

Smoke & Mirrors, 2011

Série | Pour imposer ces sentiments complexes qui combinent contemplation et décryptage, compréhension et rêverie, Guillaume Zuili recourt à ce qu’il y a de plus photographique dans la pratique des images : le tirage.

Scrapmetal, 2010

Série | À 10 kilomètres de la première bourgade, au bout d’une piste de terre, une casse à ciel ouvert est le dernier lieu de résidence pour les fleurons passés de l’industrie automobile américaine qui ne sont déjà plus que des amas de métal.

Bakersfield Oil County, 2008

Série | Situé à 2 heures au nord de Los Angeles, entre désert de Mojave et Sequoia Park. Bakersfield, champion de l’agriculture mais surtout de ses champs de pétrole.

La ville surexposée, 2006

Série | À travers la série « La ville surexposée », Guillaume Zuili questionne la complexité des villes à travers leur histoire, leur architecture.

Interviews


Photographie : Les clairs-obscurs de Guillaume Zuili
Arte

2019

La matière première du photographe Guillaume Zuili est l’argentique ; son long travail de laboratoire aboutit à des fondamentaux. Noirs et blancs extrêmement contrastés, grains visibles à l’œil nu : ses images effacent les détails du monde pour n’en garder qu’une trame, transformant le visible en un jeu de formes et de lignes, de hautes et basses lumières.

Solarisation
Centre culturel Bellegrade & Espace Saint-Cyprien

2015

Les œuvres de Guillaume Zuili exposées à l’Espace Saint-Cyprien comme au centre culturel Bellegarde montrent que depuis ses prémices, son œuvre photographique n’a eu de cesse d’interroger la mémoire des villes.
Son travail n’a pourtant aucune vocation documentaire : qu’il s’agisse de Moscou ou de Los Angeles, ses photographies sont autant d’explorations des villes, qu’il réinvente, interrogeant leur espace, leur temporalité et leur perception.

 

Urban exposure
Galerie Fabien Castanier

2012

« Utilisant un processus photographique unique, Guillaume Zuili crée des photographies réellement singulières. Il commence par couper ses négatifs et garde seulement ce qui l’intéresse, puis les réassemble pour construire une nouvelle image. »

 

Traces de ville
Agence VU’ & La Fémis

Film réalisé par Joachim Lepastier, 2006

Traces de ville est un film qui nous invite à errer dans Paris à travers des plans semi-photographique où semi-cinématographique de Guillaume Zuili. Des plans fixes aux airs de surimpressions photographiques nous entrainent dans une expérience visuelle singulière.

 

 

Expositions


Memory Lane

L’Œil Urbain, Corbeil-Essonnes (FRANCE)

Du 2 octobre au 29 novembre 2020

Harbor City, Los Angeles

MAP, Toulouse (FRANCE)

Du 3 au 19 mai 2019

Smoke & Mirrors

L’Œil Urbain, Corbeil-Essonnes (FRANCE)

Du 7 avril au 20 mai 2018

Livres


Rencontre Guillaume Zuili - Christine Ollier

Le Champs des Impossibles & Filigranes - 2021

Memory Lane

Harmonia Mundi - 2020

Rencontre

Filigranes Éditions - Le champ des impossibles - 2019

Smoke & Mirrors

Clémentine de la Feronniere - 2017

Pondichéry

Éditions du Chêne - 2003

Rencontre Guillaume Zuili - Christine Ollier

Le Champs des Impossibles & Filigranes - 2021

Memory Lane

Harmonia Mundi - 2020

Rencontre

Filigranes Éditions - Le champ des impossibles - 2019

Smoke & Mirrors

Clémentine de la Feronniere - 2017

Pondichéry

Éditions du Chêne - 2003

Rencontre Guillaume Zuili - Christine Ollier

Le Champs des Impossibles & Filigranes - 2021

Memory Lane

Harmonia Mundi - 2020

Rencontre

Filigranes Éditions - Le champ des impossibles - 2019

Smoke & Mirrors

Clémentine de la Feronniere - 2017

Pondichéry

Éditions du Chêne - 2003

Prix


Prix de la Photo Camera Clara

2017