Search La boutique VU   Focus Contact us Français

News

Exhibitions catalog

Back
 


Etre femme dans les pays du Sud


« Le monde a échoué à investir dans la santé des femmes, jeune adolescentes, nouveaux-nés, bébés et enfants. Cela est la cause de millions des décès évitables chaque année dans le monde »
Ban Ki-Moon, Secrétaire Générale des Nations Unies, septembre 2010


Dans les pays du sud, les maladies liées à la grossesse et à l’accouchement constituent la deuxième cause de mortalité (après le VIH) chez la femme en âge de procréer. 99% des femmes qui meurent de causes liées à l’accouchement vivent dans les Pays du Sud : la santé maternelle est l’un des domaines où l’écart entre riches et pauvres est le plus flagrant.
Quand il ne mène pas au décès de la mère, le manque de soins pendant la grossesse et l’accouchement affecte aussi et trop souvent le nouveau-né : dans le monde, chaque année, 8 millions d’enfants naissent avec des malformations congénitales, dont 95% dans les Pays du Sud. Selon l’OMS, ces malformations sont à 70% évitables et/ou traitables.

Entre 2011 et 2012, Martina Bacigalupo s’est rendue en République Démocratique du Congo (RDC) et au Vietnam suivre le quotidien de ces femmes et enfants en détresse.
La RDC, malgré ses immenses ressources naturelles, est classée parmi les pays les plus pauvres au monde. C’est l’un des trois pays d’Afrique qui contribue à 50% de la mortalité maternelle.
Nombreuses sont les circonstances qui placent les femmes congolaises dans cette situation de vulnérabilité extrême : manque d’infrastructures, instabilité politique, affrontement entre des groupes rebels et l’armée, équipes médicales sous-payées ou incompétentes, extrême pauvreté… Mais aussi : le manque de pouvoir décisionnel au sein du foyer qui fait qu’une femme n’est pas libre de se faire soigner quand elle en a besoin.
Quant au Vietnam, il est l’un des dix pays au monde qui a réussi à atteindre l’Objectif du Millénaire sur la santé maternelle (OMD 5) défini par les Nations Unies et est sur le point de joindre les pays à revenus moyens. Toutefois, il existe encore une grande disparité socio-économique entre la majorité ethnique des Kinh et les 53 autres ethnies (10 millions de personnes) qui représentent presque la moitié des pauvres au Vietnam. C’est au sein de ces minorités que l’on trouve les femmes les plus vulnérables. La pauvreté des ménages, le niveau d’éducation des mères et de leur entourage, la compétence du staff médical souvent médiocre dans les zones rurales jouent un rôle clé dans la perpétuation des malformations et dans le décès des enfants. Entre 80 et 120 enfants naissent chaque jour avec des malformations congénitales au Vietnam.

Dans les pays du sud en général, et encore davantage dans les groupes les plus pauvres et marginalisés de ces pays, les femmes payent cher leur condition et leurs enfants en sont les témoins directs, et les victimes.


The exhibition consists of 27 Black and White prints.

emailContact us to rent this exhibition

 See all exhibitions...
© Agence VU' - ABVENT Group 2017 | Legal notice

       

agencevu.com website is the exclusive property of Agence VU company. Its contents, works, pictures and texts are protected by laws and international conventions on copyright.

Every representation or reproduction, which infringes legislative clauses on intellectual property is illicit and could constitute an infringement.